Paroles – la salle des fêtes (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - la salle des fêtes

walz – la salle des fêtes

bonsoir!

aujourd’hui, épisode 11: la salle des fêtes.

c’est, je crois, la plus vieille chanson de l’album; écrite entre la fin de l’enregistrement de mon album solo « nicogéet les autres choses« , et la sortie dudit skeud, et déjà enregistrée une première fois pour le projet du deuxième album du clandestin (jamais abouti).

ce qui est intéressant avec les chansons quand elle prennent de l’âge, c’est qu’outre le travail de composition, d’écriture et d’interprétation, qui est conscient, il se rajoute tout un tas de choses non pensées formellement qui viennent du temps qui passe, des expériences vécues, des gens qui la jouent et de ceux qui l’écoutent… un peu comme une histoire qu’on raconte un peu différemment à chaque fois.

on l’a enregistré à nouveau pour le premier album du colporteur (jamais abouti (lol)), avec Tjark et Maria.

on était pas vraiment sûr; on a repris le truc avec ahu et Dagobert: du coup, le « truc » de la chanson, c’est devenu le jeu entre l’orgue et la basse, qui impulsent le rythme, jusqu’à l’arrivée de la batterie sur le final.

le pitch: mon fils Eliot a sortit de nulle part une lettre que je croyais perdue et que je n’avais jamais imaginé pouvoir être en ce lieu. j’ai toujours pensé que mon merveilleux fils avait quelque chose de magique. (en toute objectivité, évidemment).

une petite occasion aussi de faire paticiper mes trois enfants (Eliot, Lisa et Lucy) à l’aventure.

donc:

11.la salle des fêtes

(cliquez pour écouter)

La salle des fêtes

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

Dans la salle d’à coté y a celui qui a rien dit quand
Avec moi tu étais partie
Dans la salle d’a coté où tu es revenue
Dès les premiers instants je ne t’ai pas reconnue
Dans la salle d’à coté de la tienne où je suis
Peut être y aura-t-il ton enterrement de vie de jeune fille
Du jour où t’es partie et de ce que j’ai dis
Beaucoup par bêtise un peu par dépit

Mais j’ai fait mon affaire et j’ai pris mon parti
De ceux avec qui tu danses, ceux à qui tu souris

Ça n’a pas d’importance, ce n’est pas mon souci
Mais c’est vrai que tu danses avec n’importe qui

Dans la lettre retrouvée par Eliot aujourd’hui,
Y a les vacances à la mer comme on s’était promis
Nouvel an à Lausanne ou l’été cette nuit,
Revenant de Châtel mais qu’est ce qui nous a pris ?
Les vacances à Châtel que j’ai aimées aussi

Mais j’ai fait mon affaire et j’ai pris mon parti
De ceux avec qui tu danses, ceux à qui tu souris

Ça n’a pas d’importance, ce n’est pas mon souci
Mais c’est vrai que tu danses avec n’importe qui

crédits:

Maria : voix
Nicolas Gafanesch : voix, guitare folk, basse, carillon, mélodica, percussions
Loïc Untereiner : clavier, chœurs
Alexis Untereiner : chœurs
Tjark : batterie

voilà.

bien @ vous,

nicogé

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s