Paroles – le cinéma Bel-Air (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - le cinéma Bel-Air (ou rien)

walz – le cinéma Bel-Air (ou rien)

bonsoir!

ce soir, le dernier article de la série: épisode 15: le cinéma Bel-air (ou rien).

peut-être ma chanson préférée du disque, enfin, ça ne veut rien dire. mais y’a un truc quoi.

une histoire d’amour qui s’en va; mais pas une chanson nostalgique, parce que tout ce qui finit n’était pas forcément merveilleux. ni glorieux. un rythme de guitare un peu insolite, un peu braque, aura suffit à faire d’une toune très « chanson française » (cf le refrain) un truc un peu moins sage.

petit hommage au cinéma d’art et essai de Mulhouse (68), le cinéma Bel-Air, où j’ai vu quelques films merveilleux et le pire film de ma vie aussi, lol, le seul duquel je sois sorti avant la fin! au moins, il racontait un truc ce film! remarque du projectionniste avant la séance: « oh, ceux qui sont restés jusqu’au bout on aimé »! lol. un bon souvenir. gloire à toi cinéma Bel-air, donc!

« le cinéma Bel-air (ou rien) »: chanson sortie des cartons du colporteur par Tjark le magnifique. je n’étais pas convaincu, lui si, on a foncé. et ça l’a fait.

encore une fois, la chanson est construite autour de la base batterie/guitare, enregistrée « en live ». tellement » live » qu’on est carrément parti en vrille; ça m’a plu, on a gardé ce qui est devenu le final du premier album de walz; et aussi l’unique partie d’overdrive du disque! lol (encore?).

ensuite j’ai rajouté la basse de la fin (enregistrée avant celle du début!), les synthés, et ma voix, ainsi que le vocoder. et puis Dagobert a posé la basse et les parties d’orgues. et Maria a chanté, voix claire et vocoder aussi. attention, pas autotune hein!! 😉

bref, c’était bien.

en ce dernier soir, donc:

15.le cinéma Bel-Air (ou rien)

(cliquez pour écouter)

Le cinéma Bel-Air (ou rien)

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

Tu voulais bien qu’on se ressemble tu voulais bien prendre ma main
Tu voulais voir si dans l’ensemble si ça allait si c’était bien
Tu voulais bien qu’on dine ensemble mais pas ce soir alors demain
Tu voulais bien qu’on se ressemble oui mais alors seulement de loin

Tu voulais pas qu’on vive ensemble tu préférais prendre le train
Tu voulais bien qu’on aille ensemble se dire au revoir et à demain
Tu voulais du reste de mes cendres et les épandre de tes mains
Tu voulais bien qu’on soit ensemble moi sur le quai toi dans le train

Où sont passés les mots d’amour et les regrets ?
Où sont passés les mon amour et les guillemets ?

Tu voulais bien qu’on aille ensemble au cinéma bel-air ou rien
Parfois on nous voyait ensemble alors tu me lâchais la main
Je me disais que dans l’ensemble si c’était dur ben c’était bien
Je voulais qu’on nous voit ensemble si ça te gêne ça ne fait rien

Où sont passés les mots d’amour et les regrets ?
Où sont passés les mon amour et les guillemets ?

Tu voulais venir ce soir tu voulais venir me voir
Tu voulais m’appeler, tu voulais m’appeler…

crédits:

Maria : voix, chœurs
Nicolas Gafanesch : voix, chœurs, guitare électrique, synthétiseurs, banjo 4 cordes,
basse (fin)
Loïc Untereiner : basse, orgue
Tjark : batterie

voilà,

c’était walz: chansons rêveuses et francophones.

bien @ vous,

nicogé

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – partir encore (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - partir encore

walz – partir encore

bonsoir!

ce soir: partir encore.

une chanson très simple en apparence, avec des harmonies un peu plus complexes qu’il n’y parait. c’était l’idée: une chanson, pop dans la structure, mais où les parties de voix allaient demander un travail de mise en place plutôt conséquent, avec la descente chromatique sur les 3 « pa » du refrain: « je voulais PArtir encore… » (F#,F,E)

bref, je me suis fait plaisir.

encore une chanson écrite pour Maria (en ce sens notamment qu’elle est écrite du point du vue féminin). normal, allez-vous me dire: c’est elle la star. et c’est vrai!

donc:

14.partir encore

(cliquez pour écouter)

Partir encore

paroles et musique: nicolas Gafanesch

T’as pas passé la nuit accroché au guidon
T’as pédalé, comme un con
Assis par terre à nous bercer d’illusions
Avec tes envies pour seul horizon

Je t’avais pas dit alors que j’étais pas là
Je voulais toucher ton corps encore une fois    x2

Je voulais partir encore   x3
Toucher ton corps encore, encore, du dehors

T’as passé toute la nuit sur ton balcon
A faire les cent pas, qu’est-ce que t’es con
Assis par terre à nous bercer d’illusions
Ne vois tu rien venir là fais attention
Je t’avais pas dit alors que j’étais pas là
Je voulais toucher ton corps encore une fois    x2

Je voulais partir encore   x3
Toucher ton corps encore, encore, du dehors

Tu voudrais pas… tu voudrais pas… ?

crédits:

Maria : voix
Nicolas Gafanesch : voix, chœurs, percussions, guitare folk, guitares électrique, basse, banjo 4 cordes
Loïc Untereiner : banjo 6 cordes
Alexis Untereiner : voix

voilà

bien @ vous,

nicogé

walz, chansons rêveuses et francophones

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – le cerf-volant (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - le cerf-volant

walz – le cerf-volant

bonsoir,

ce soir, treizième et antépénultième épisode: le cerf-volant.

c’est la deuxième chanson qui a vraiment lancé la création de walz, avec rue grenelle. (toujours à l’époque du projet « le colporteur ».)

on a enregistré, comme pour j’en peux plus, la base batterie/guitare d’un coup, Tjark et moi.

puis j’ai rajouté les guitares électriques et la voix, et Eric le magnifique (dit Quinquin) a posé sa partie de basse.

Maria, à qui j’avais envoyé la chanson au préalable, est venue et a chanté; en très peu de prises, tout est dit.

ce soir, donc:

13.le cerf-volant

(cliquez ici pour écouter)

Le cerf-volant

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

Je rêvais de nuits folles mais je dormais plus que toi
Et d’y mettre un bémol à ces mais que dit on de moi
Je rêvais de l’illustre j’étais plus petit que toi
Je rêvais de page blanche mais je l’avais remplie de croix

J’aurais du apprendre à faire du cerf volant
Et avant que je sois vieux et quand que je sois grand
J’aurais du apprendre à faire du cerf volant
Et avant que je sois vieux et quand que je sois vide, dedans

Tu rêvais de nuits blanches mais tu dormais comme moi
Et de passer sous silence ce que tu ne disais qu’à moi
Tu n’avais que faire de l’illustre il était plus petit que toi
Tu rêvais de pages folles moi à la ligne à chaque fois à chaque croix

J’aurais du apprendre à faire du cerf volant
Et avant que je sois vieux et quand que je sois grand
J’aurais du apprendre à faire du cerf volant
Et avant que je sois vieux et quand que je sois vide, dedans

Alors demain je partirai, il est loin le temps qu’on avait… x3

J’aurais du apprendre à faire du cerf volant
Et avant que je sois vieux et quand que je sois grand
J’aurais du apprendre à faire du cerf volant
Et avant que je sois vieux et quand que je sois vide, dedans

crédits:

Maria : voix
Nicolas Gafanesch : voix, guitare folk, guitares électriques
Tjark : batterie
Éric Karleskind : basse

voilà.

bien @ vous,

nicogé

walz, chansons rêveuses et francophones.

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – la balade (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - Marie-Claire (pochette verso)

walz – Marie-Claire (pochette verso)

Bonsoir!

ce soir, épisode 12: la balade.

chanson que j’ai écrite spécialement pour Maria, qui ne s’en est pas rendu compte tout de suite. lol.

une mélodie pop/chanson, sur ma rythmique de guitare préférée, un peu africaine, avec basse et percus (Jul’) tendance Caraïbes. Et la guitare son clair mais bien électrique de Dagobert.

On chante à trois: Maria, Alex dit ahu et puis moi, Nicolas, Nico, Charlie ou nicogé (lol).

ce soir, donc:

12.la balade

(cliquez pour écouter)

La balade

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

T’es là à coté de moi, alors d’accord
Est-ce que tu crois que sous tes doigts, ma peau s’ignore
T’es beau quand tu dors t’es beau quand t’as tort
T’es beau quand tu sors de mon décor

Main dans la main on se balade    (x3)
Quand soudain tout se fade, on bade

Tu maintiens que c’est rien que ce sera pire demain
Qu’on va, qu’on vient, et puis qu’on verra bien
T’es beau quand tu dors t’es beau quand t’as tort
T’es beau quand tu sors de mon décor

Main dans la main on se balade    (x3)
Quand soudain tout se fade, on bade

En bas de chez toi c’est pas comme on voit
C’est pas ce que tu crois, et moi
En bas de chez toi c’est pas comme on voit
C’est pas ce que tu crois, et moi je ne t’y suis pas

Tu dis que toi c’est pas ça, y a plus grave tu vois
Toutes ces choses qu’on n’comprend pas et puis ça va
T’es beau, encore, t’es beau quand t’as tort
T’es beau quand tu sors de mon décor

Main dans la main on se balade    (x3)
Quand soudain tout se fade, on bade

crédits:

Maria : voix
Nicolas Gafanesch : voix, guitare folk, basse
Loïc Untereiner : guitare électrique, chœurs
Alexis Untereiner : voix, percussions

voilà.

bien @ vous,

walz, chansons rêveuses et francophones

(chanson du début: la balade)

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – la salle des fêtes (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - la salle des fêtes

walz – la salle des fêtes

bonsoir!

aujourd’hui, épisode 11: la salle des fêtes.

c’est, je crois, la plus vieille chanson de l’album; écrite entre la fin de l’enregistrement de mon album solo « nicogéet les autres choses« , et la sortie dudit skeud, et déjà enregistrée une première fois pour le projet du deuxième album du clandestin (jamais abouti).

ce qui est intéressant avec les chansons quand elle prennent de l’âge, c’est qu’outre le travail de composition, d’écriture et d’interprétation, qui est conscient, il se rajoute tout un tas de choses non pensées formellement qui viennent du temps qui passe, des expériences vécues, des gens qui la jouent et de ceux qui l’écoutent… un peu comme une histoire qu’on raconte un peu différemment à chaque fois.

on l’a enregistré à nouveau pour le premier album du colporteur (jamais abouti (lol)), avec Tjark et Maria.

on était pas vraiment sûr; on a repris le truc avec ahu et Dagobert: du coup, le « truc » de la chanson, c’est devenu le jeu entre l’orgue et la basse, qui impulsent le rythme, jusqu’à l’arrivée de la batterie sur le final.

le pitch: mon fils Eliot a sortit de nulle part une lettre que je croyais perdue et que je n’avais jamais imaginé pouvoir être en ce lieu. j’ai toujours pensé que mon merveilleux fils avait quelque chose de magique. (en toute objectivité, évidemment).

une petite occasion aussi de faire paticiper mes trois enfants (Eliot, Lisa et Lucy) à l’aventure.

donc:

11.la salle des fêtes

(cliquez pour écouter)

La salle des fêtes

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

Dans la salle d’à coté y a celui qui a rien dit quand
Avec moi tu étais partie
Dans la salle d’a coté où tu es revenue
Dès les premiers instants je ne t’ai pas reconnue
Dans la salle d’à coté de la tienne où je suis
Peut être y aura-t-il ton enterrement de vie de jeune fille
Du jour où t’es partie et de ce que j’ai dis
Beaucoup par bêtise un peu par dépit

Mais j’ai fait mon affaire et j’ai pris mon parti
De ceux avec qui tu danses, ceux à qui tu souris

Ça n’a pas d’importance, ce n’est pas mon souci
Mais c’est vrai que tu danses avec n’importe qui

Dans la lettre retrouvée par Eliot aujourd’hui,
Y a les vacances à la mer comme on s’était promis
Nouvel an à Lausanne ou l’été cette nuit,
Revenant de Châtel mais qu’est ce qui nous a pris ?
Les vacances à Châtel que j’ai aimées aussi

Mais j’ai fait mon affaire et j’ai pris mon parti
De ceux avec qui tu danses, ceux à qui tu souris

Ça n’a pas d’importance, ce n’est pas mon souci
Mais c’est vrai que tu danses avec n’importe qui

crédits:

Maria : voix
Nicolas Gafanesch : voix, guitare folk, basse, carillon, mélodica, percussions
Loïc Untereiner : clavier, chœurs
Alexis Untereiner : chœurs
Tjark : batterie

voilà.

bien @ vous,

nicogé

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – je sors (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - Z

walz – Z

bonsoir,

ce soir: « je sors ».

c’est la deuxième chanson, après les petits souliers, que j’ai spécifiquement écrite pour Maria.

enregistrée en version démo sous le titre de travail « la vie parfaite (je sors) », elle a connu une belle évolution, un soir de départ improvisé au studio pour cause de coups bas à oublier. on s’est mis à jouer cette chanson chez Dagobert, et puis au moment de passer au refrain, on a eu comme une intention collective, et au lieu de continuer coolos sur les « je sors », on y est allé; je suis passé en mode « deux temps », et Dago, ahu, Quinquin, et moi-même ce sont mis à chanter « (je) reste dehors » pendant que Maria chantait la fin.

et c’était bien.

plus tard, on a enregistré; j’avais emprunté la guitare folk de Maria et la guitare électrique de Dago, la basse d’ahu comme souvent, et Dagobert a rajouté l’orgue, la clarinette et la batterie. Maria a posé son accordéon, on a tous chanté. et puis on a fait une vidéo.

donc:

10.je sors

(cliquez ici)

Je sors

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

c’est pas aux aurores la boîte de pandore
si tu veux on essore, nos doutes et mes remords
tous nos vains efforts, toute voile dehors
on recule d’abord, ton sourire se tord? (d’un)
tu n’seras jamais plus, celui qui m’a plu
tu n’seras plus jamais, celui que j’aimais
alors…

et même quand je dors, mon nez s’allonge encore
Adam, Eve et le corps, rêvent en technicolor
la raison et mes torts, jetés par dessus bord
la saison qui me mord, est qu’on s’améliore? (d’un)
tu n’seras jamais plus, celui qui m’a plu
tu n’seras plus jamais, celui que j’aimais
alors…

lalala

le soir on s’en sort, le soir on est fort
on sait que le matin, tout nous revient
alors…

je sors, et ma tête reste dehors, je sors et ma tête reste dehors
je sors, et ma tête reste dehors, si tout s’arrête
je sors, et ma tête reste dehors, je sors et ma tête reste dehors
je sors, et ma tête reste dehors, si tout s’arrête
et dans ma tête je marche encore, et dans ma tête je marche encore
et dans ma tête je marche encore, la vie parfaite et le confort
je sors, et ma tête reste dehors, je sors et ma tête reste dehors

crédits:

paroles et musique : Nicolas Gafanesch

Maria : voix, chœurs, accordéon
Nicolas Gafanesch : voix, chœurs,  guitare folk, guitare électrique, basse
Loïc Untereiner : clavier, chœurs, batterie
Alexis Untereiner : chœurs

voilà.

bien @ vous,

nicogé

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – au bord de mer (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - au bord de mer

walz – au bord de mer

bonjour,

ce soir: au bord de mer.

apr ès quelques ébauches, cette chanson a été écrite en un weekend.

mais quand je dis un weekend, c’est TOUT le weekend. (lol)

je ne sais plus trop ce que Maria avait à faire, un rendu assez urgent je crois. du coup, ben je ne m’occupe pas moi, je créée. (à prendre au centième degré, hein!).

l’enregistrement a été plus simple, en tout cas pour les guitares, la basse et le clavier. l’accordéon et la batterie se sont un peu plus laissés désirer.

entrez avec nous au célèbre Nowhere Palace, prenez une chambre, et vivez des vacances dans votre propre vie, et celle des autres… ou pas!

donc:

08.au bord de mer

(cliquez pour écouter)

Au bord de mer

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

Au bord de mer là où t’as pied
Tu préfères ne pas te mouiller
T’as pas senti pousser tes ailes
Quand elle m’a sourit tu m’as laissé avec elle

T’as préféré partir sans te retourner
Plutôt que de rien dire et de regretter

Au bord de mer y a des oiseaux qui passent
Des bikinis des pervers des paréos des monospaces
Une fille qui se déshabille un marchand de glaces
C’est ici qu’on s’enfuit au Nowhere Palace

Au bord de mer t’as pu escompter
Prendre l’air et puis me retrouver
Tu t’es assise par terre et t’as pu constater
Le peu que tu perds à enfin m’oublier

T’as préféré partir sans te retourner
Plutôt que de rien dire et de regretter

Au bord de mer y a des oiseaux qui passent
Des bikinis des pervers des paréos des monospaces
Une fille qui se déshabille un marchand de glaces
C’est ici qu’on s’enfuit au Nowhere Palace

Y a toujours de la place au Nowhere Palace
On s’épie quand on passe au Nowhere Palace
L’abat jour un peu crasse du Nowhere Palace
Réfléchit dans la glace tes envies dégueulasses

Au bord de mer où tu t’as promenée
Au bord de mer auras-tu trouvé, ce que tu cherchais ?
Au bord de mer dans les baïnes les marées
Et les bars du Finistère

Au bord de mer y a des oiseaux qui passent
Des bikinis des pervers des paréos des monospaces
Une fille qui se déshabille un marchand de glaces
C’est ici qu’on s’enfuit au Nowhere Palace

crédits:

Maria : voix, accordéon
Nicolas Gafanesch :  guitare folk, chœurs, banjo, clavier
Julien Karleskind : batterie
Alexis Untereiner : chœurs

voilà.

bien @ vous,

nicogé

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – l’occident (extrait de l’album “Marie-Claire”) – walz

walz - l'occident

walz – l’occident

bonjour,

aujourd’hui, épisode 7: l’occident.

il s’agit de la dernière chanson que j’ai écrite avant ma rencontre avec Maria, qui marquera le début de l’aventure walz. à partir de là, plus rien ne serait comme avant.

premier jet enregistré le matin de notre deuxième jour de studio, quand tout le monde dormait; on a gardé la base guitare/ukulélé. plus tard, on a refait et refait les voix; Alex a posé la batterie, les percus. j’ai rajouté le banjo, la basse, le clavier. et puis les guitares électriques.

Maria a alors posé ses parties d’accordéon.

et puis on a refait et refait les voix (lol).

et voilà.

chanson toujours d’actualité. toujours un peu plus.

donc:

07.l’occident

(cliquez pour écouter)

L’occident

paroles et musique: Nicolas Gafanesch

T’avais de la boue sous tes chaussures et tu n’aimais pas ça
T’avais le temps d’y penser c’est ça la vie de bourgeois
T’avais plein de souvenirs et une pleine tirelire
C’est quand même beau le Bhoutan, en marchant

Dans ce monde dément, au travail les enfants
Qui fera finalement le bonheur de l’occident

Y a des traces sur ta voiture et tu n’aimes pas ça
T’auras le temps d’y penser c’est ça la vie de bourgeois
Tu ramèneras du cachemire d’ailleurs la photo de l’Emir
Ils vont pauvres mais heureux, il faut vivre de peu

Dans ce monde dément, au travail les enfants
Qui fera finalement le bonheur de l’occident

Mais qu’est ce qu’on fait ici, c’est par où qu’on gagne ?
Le pays de Cocagne qu’on t’avait promis,
Mais qu’est ce qu’on fait ici, c’est par où qu’on gagne ?
Le pays de Cocagne qu’on t’avait promis…

T’as pris la bonne décision au fond fallait faire attention
Chaque souci une solution, ils n’en font pas façon
Toi dans tes petits souliers tu m’as épié, là j’ai pas pied
Avec tous ces sans papiers qui vont s’en retourner

Dans ce monde dément, au travail les enfants
Qui fera finalement le bonheur de l’occident

Mais qu’est ce qu’on fait ici, c’est par où qu’on gagne ?
Le pays de Cocagne qu’on t’avait promis,
Mais qu’est ce qu’on fait ici, c’est par où qu’on gagne ?
Le pays de Cocagne qu’on t’avait promis…

Mais qu’est ce qu’on fait ici, c’est par où qu’on gagne ?
Le pays de Cocagne qu’on t’avait promis,
Mais qu’est ce qu’on fait ici, c’est par où qu’on gagne ?
Le pays de Cocagne qu’on t’avait promis…

Dans ce monde dément, au travail les enfants
Qui fera finalement le bonheur de l’occident

crédits:

Maria : voix, accordéon
Nicolas Gafanesch : voix, chœurs, guitare classique, guitare folk, guitare électrique,
ukulélé, banjo, basse, clavier
Alexis Untereiner : chœurs, percussions

voilà.

bien @ vous,

nicogé

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.

Paroles – les petits souliers (extrait de l’album « Marie-Claire ») – walz

Marie-Claire par Loïc Untereiner

Bonjour,

aujourd’hui, épisode 6 : les petits souliers !

première chanson écrite spécialement pour moi par nico.

on a commencé par enregistré la guitare, et puis les voix.

on a essayé pas mal de truc: batterie, diverses instrumentations… avant de trouver enfin, grâce aux percus d’Alex et Jul’ et au joli balafon venu tout droit d’Afrique de ce dernier.

Les petits souliers

(cliquez pour écouter)

Les petits souliers :

(paroles et musique : Nicolas Gafanesch)

J’ai des choses à régler, quelques larmes à sécher
des envies à regretter, des baleines à cacher
elles sont dans leurs petits souliers, cachées sous des galets
elles sont comme tu les as rêvées, belles comme l’été

T’as pas un euro en poche et moi je pars en voyage
c’est pas un reproche mais descends de ton nuage
t’as pas un euro en poche et moi je pars en voyage
c’est pas un reproche mais qu’est-ce qu’on gagne à être sage?

J’ai mon swing à parfaire, un peu de mal à m’y faire
tout un monde à l’envers, et ma pantoufle de vair
elles sont dans leurs petits souliers, perdues de leur plein gré
elles sont comme tu les as rêvées, belles comme l’été

T’as pas un euro en poche et moi je pars en voyage
c’est pas un reproche mais descends de ton nuage
t’as pas un euro en poche et moi je pars en voyage
c’est pas un reproche mais qu’est-ce qu’on gagne à être sage?

Mais tu fais quoi toi? tu dis rien
quand tout à coup la pluie nous vient
t’es beau mais t’es ridicule
tout mouillé là dans ton pull

tu dis qu’tu sais que toi, t’attraperas pas froid comme ça
tu  dis qu’toi tu sais ça, et que moi je sais pas
mais toi, tu sais rien
et toi, t’es qu’un crétin.

Crédits :

Paroles et musique : Nicolas Gafanesch
Maria : voix, accordéon
Nicolas Gafanesch :  guitare folk, chœurs, banjo 4 cordes, carillon, mélodica
Julien Karleskind : percusions, balafon
Alexis Untereiner : percussions

Et un soir aux Breuchots…

Maria.

Retrouvez Walz sur le site : http://www.rythme2walz.fr.ht/

.